Pourquoi le toucher est le plus important des 5 sens


Le toucher est le premier sens à se développer in utero (6ème à 9ème semaine de gestation) et le dernier à s’éteindre à notre mort. Notre peau représente notre plus grand organe et ce qui est incroyable, c’est qu’elle vient du même feuillet embryonnaire que le cerveau. Peau et cerveau sont constitués des mêmes cellules. Puis, durant le développement pré-embryonnaire, la peau et le cerveau migrent à des pôles opposés de notre constitution : l’un à la surface, l’autre enfoui.

Il existe une relation incroyable entre eux : sur le plan du développement, les sensations que la peau transmet au cerveau orientent sa croissance. Et d’ailleurs sans toucher-contact, un bébé humain meurt (études à l’appui à la suite d’un taux de mortalité de près de 90% dans les orphelinats d’Europe de l’Est au début du siècle). Le toucher est une nourriture cruciale pour le bébé, au même titre que le lait.

Mais même si la croissance peut être terminée, le lien semble rester. D’une certaine façon si le corps est touché, le mental l’est aussi…

Et puis un enfant qui n’est pas touché ne peut pas entrer dans la conscience de son incarnation et développer ses ressources pour grandir. L’incorporation, la (re)définition de nos limites corporelles… Et c’est encore plus vrai quand le corps change/mute au fur et à mesure des étapes de la vie : grossesse, vieillesses, accident, handicaps…

Et ce qui est superbe, c’est que l’être humain a alors besoin de l’autre pour prendre conscience de lui-même. Dès le début de nos vies, la peau est l’unique moyen de reconnaître l’autre…

Parlez-en autour de vous
Share on FacebookEmail this to someonePin on Pinterest

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *